Accueil Articles recherche Projet Genius : Mutations dirigées sur pomme de terre

Projet Genius : Mutations dirigées sur pomme de terre

5,00

En septembre 2012 a démarré le projet financé par l’Agence Nationale de la Recherche Française nommé Genius pour “Genome ENgineering Improvement for Useful plants of a Sustainable agriculture” dans lequel l’objectif est de maîtriser les techniques d’ingénierie cellulaire et moléculaire pour 9 espèces cultivées, dont la pomme de terre, les travaux sur cette espèce étant réalisés par le groupe de l’IGEPP présent sur le site INRA de Ploudaniel.

Catégorie :

Description

En septembre 2012 a démarré le projet financé par l’Agence Nationale de la Recherche Française nommé Genius pour “Genome ENgineering Improvement for Useful plants of a Sustainable agriculture” dans lequel l’objectif est de maîtriser les techniques d’ingénierie cellulaire et moléculaire pour 9 espèces cultivées, dont la pomme de terre, les travaux sur cette espèce étant réalisés par le groupe de l’IGEPP présent sur le site INRA de Ploudaniel.
Le bilan définitif de ce projet sera rendu en 2019, date à laquelle le financement prendra fin mais les six années révolues permettent déjà d’esquisser un bilan intermédiaire et d’avancer quelques réflexions sur la démarche suivie, de mettre en avant les premiers acquis et d’envisager des perspectives pour la pomme de terre. Le projet a d’abord permis de démontrer que l’utilisation de ces techniques est parfaitement envisageable pour cette espèce. Une connaissance fine du gène que l’on veut cibler, de sa séquence et des zones fonctionnelles est toutefois un préalable nécessaire. Pour la mise en oeuvre de la technique, il faut également maîtriser la culture in vitro de cellules isolées jusqu’à la régénération de plante entière.
En Europe, malgré la suggestion faite au Parlement Européen de limiter les contraintes réglementaires pour les plantes mutées avec ces techniques, l’avis rendu le 25 juillet 2018 par la Cour Européenne de Justice indique que celles-ci resteront très probablement soumises aux mêmes contraintes que les OGM.